Histoire

Home Histoire 960 ans d'histoire

960 ans d'histoire

 

1048 Jerusalem

La naissance de l’Ordre remonte à 1048. Il semblerait que certains marchands de l’ancienne république maritime d’Amalfi obtinrent l’autorisation du Calife d’Egypte pour construire à Jérusalem une église, un couvent ainsi qu’un hôpital afin de pouvoir prêter assistance aux pèlerins de toutes races et religions. L’Ordre de Saint Jean de Jérusalem – communauté monastique vouée à la gestion de l’hôpital pour l’assistance des pèlerins en Terre Sainte – devint indépendant sous la conduite de son fondateur le bienheureux Gérard. Par bulle papale du 15 février 1113, le Pape Pascal II, place l’hôpital de Saint Jean sous la tutelle du Saint Siège, lui permettant d’élire librement ses chefs, sans interférence de la part d’autres autorités laïques ou religieuses. En vertu de cette bulle, l’hôpital devint un Ordre exempt de l’Eglise. Tous les Chevaliers étaient des religieux, liés par trois vœux monastiques : pauvreté, chasteté et obéissance

La Constitution du Règne de Jérusalem par les Croisés oblige l’Ordre à assumer la défense militaire des malades, des pèlerins et des territoires soustraits aux Musulmans par les Croisés. A la mission hospitalière s’ajoute la défense de la chrétienté.

Successivement, fut adoptée la Croix blanche à huit pointes qui représente encore aujourd’hui le symbole de l’Ordre.

 

1310 à Rhodes

En 1291 après la perte de Saint-Jean-d’Acre - dernier rempart de la Chrétienté en Terre Sainte – l’Ordre s’installe d’abord à Chypre et ensuite, à partir de 1310, sous la conduite du Grand Maître Fra’ Foulques de Villaret, dans l’île de Rhodes.
Dès lors, pour la défense du monde chrétien une force navale se rendait nécessaire. L’Ordre construit donc une flotte puissante avec laquelle il affrontera les mers orientales, s’engageant à défendre la chrétienté affrontant de nombreuses et célèbres batailles dont, entre autres, les croisades de Syrie et d’Egypte. Depuis le début, l’indépendance par rapport aux autres Etats, en vertu des actes pontifes, ainsi que le droit universellement reconnu d’entretenir et engager des forces armées, constitue la base de la souveraineté internationale de l’Ordre.

Dès le début du quatorzième siècle, les institutions de l’Ordre et les Chevaliers qui arrivaient à Rhodes de l’Europe entière sont regroupés par Langue. Sept pour commencer : Provence, Auvergne, France, Italie, Aragon (Navarre), Angleterre (y compris Ecosse et Irlande) ainsi que l’Allemagne. En 1492 la huitième Langue est constituée, celle de Castille qui s’était séparée avec le Portugal de la langue d’Aragon.

Chaque Langue comprenait les Prieurés ou Grand Prieurés, les Bailliages ainsi que les Commanderies. L’Ordre, gouverné par le Grand Maître (Prince de Rhodes) et par le Conseil, frappait monnaie et entretenait des relations diplomatiques avec les autres Etats. Les autres charges de l’Ordre étaient attribuées aux représentants des différentes Langues : le siège de l’Ordre, le Couvent étaient composés de religieux de diverses nationalités.

 

1530 à Malte

Après six mois de siège et de combats sanglants contre la flotte et l’armée du Sultan Soliman le Magnifique, en 1523 les Chevaliers durent se rendre et abandonner l’île de Rhodes, avec les honneurs militaires.

L’Ordre resta alors sans territoire pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’en 1530, le Grand Maître Fra’ Philippe de Villiers de l’Isle Adam prenne possession de l’île de Malte, cédée à l’Ordre par l’Empereur Charles Quint avec la bénédiction du Pape Clément VII.

Il fut établi que l’Ordre serait resté neutre dans les guerres entre pays chrétiens. En 1565, les Chevaliers, conduits par le Grand Maître Fra’ Jean de la Vallette (qui donna son nom à la capitale de l’île de Malte, Vallette) défendirent l’île pendant le long siège des turcs qui dura plus de trois mois.

 

 

 

1571 la bataille de Lépanto

La flotte de l’Ordre, considérée comme l’une des plus puissantes de la Méditerranée, contribua à la destruction de la puissance navale des Ottomans dans la bataille de Lepanto en 1571.

1798 l'exil

Deux siècles plus tard, plus précisément en 1798, Napoléon Bonaparte, engagé dans la campagne d’Egypte, occupa Malte pour sa position stratégique. Les Chevaliers durent alors abandonner l’île pour plusieurs raisons dont une règle de l’Ordre qui leur interdisait de combattre contre d’autres chrétiens. Bien que le traité d’Amiens en 1802 reconnaissait ses droits souverains, l’Ordre n’a jamais pu rentrer à Malte.

1834 à Rome

Après avoir résidé momentanément à Messine, Catane et Ferrare, en 1834 l’Ordre s’établit définitivement à Rome en extraterritorialité où il possède le Palais Magistral, situé à Via Condotti 68, ainsi que la Villa Magistrale sur le mont Aventin.

 

Au 20° et 21° siècles

La mission originale de l’assistance hospitalière redevient l’activité principale de l’Ordre et s’intensifie au siècle dernier grâce à la contribution des Grands Prieurés et des Associations Nationales présentes dans les divers pays du monde. Les activités hospitalières et d’assistance s’effectuent à grande échelle pendant la première guerre mondiale sous la conduite du Grand Maître Fra’ Ludovico Chigi Albani della Rovere (1931-1951).
Sous les Grands Maîtres Fra’ Angelo de Mojana di Cologna (1962-1988) et Fra’ Andrew Bertie (1988-2008), les projets s’intensifient ensuite pour atteindre les régions les plus reculées de la planète.

Pour connaître les activités actuelles de l’Ordre vous pouvez visiter la section Activités médicales et humanitaires de ce site

Approfondissements

Les 79 Grands Maîtres
Les noms de l'Ordre
Les Ordres de Saint-Jean
Les Ordres Autoproclamés
Cavalieri, una Leggenda verso il futuro [ITA]
The Knights of Malta - A legend towards the future [ENG]

 

Début de page